Mes chers contemporains, bonjour ! Pour cette semaine je vous ai préparer une petite aventure dans les couches de communication réseau selon la norme OSI !

Commençons par une vue rapide des sept couches (layers) de ce modèle.

image0011210155736818

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Couche 1  – Physique :

C’est le niveau de langage le plus proche de la machine. La couche physique se charge de transmettre les données au format binaire. C’est à dire une interminable suite de 0 et de 1. Un chiffre important à ce propos :

Le célèbre Binary Number of the Beast : 1010011010

 

Couche 2 – Liaison de données :

La deuxième couche définit comment s’effectue la transmission des données entre deux machines proches. Mais pour que les données transmises parviennent à la bonne machine, elle utilise la notion d’adressage physique (adresse MAC pour les réseaux Ethernet par exemple) une adresse que contient chaque carte réseau afin de positionner les différents périphériques d’un réseau local.

Cette couche détecte aussi les erreurs de transmission. Par exemple, je vous envoie 100110 et vous recevez 1001110, la couche 2 va détecter l’erreur.

 

Couche 3 – Réseau :

Si deux machines proches peuvent communiquer par le biais de la couche 2, il faut bien une couche pour que des machines qui ne sont pas connectées physiquement entre elles puissent communiquer. C’est donc la raison d’être de cette troisième couche.

Au moyen de l’adressage logique (le protocole IP, l’adresse IP), la couche réseau va définir quelle est la destination d’un paquet de données et aussi le chemin le plus court pour y parvenir.

 

Couche 4 – Transport :

Cette couche a plusieurs fonctionnalités essentielles :

Elle gère les problèmes de transport entre les machines. Si une erreur survient et que les données envoyées sont incomplètes, elle demande à ce que le reste des données soient envoyées à nouveau. Elle gère le contrôle des flux de données et elle fait le lien entre les communications réseaux et les applications qui les sollicitent.

 

Couche 5 – Session :

En informatique et en parlant de réseau en particulier, le terme session désigne un échange interactif et semi-permanent d’information. On parle aussi de dialogue, conversation ou meeting, entre deux appareils de communication ou entre un ordinateur et son utilisateur. La couche session gère donc l’ouverture et la fermeture des sessions (trop fort cette conclusion !).

Couche 6 – Présentation :

Elle prépare (formate) les données reçues pour qu’elles soient compréhensibles par les applications qui les demandent.

Puisqu’ Internet permet à de nombreux types d’ordinateur de se connecter à son réseau, il faut bien trouver le moyen de “traduire” les différents modèles de présentation de données à chaque système.  C’est l’un des rôles de la couche présentation.

Mais elle permet aussi de gérer un partie de l’encryptage des données ! Le très célèbre protocole SSL s’appuie notamment sur cette couche pour encrypter les données !

 

Couche 7 – Application :

C’est l’interface entre l’Homme et la machine. La plus proche de nous.

 

Et voila ! Bien entendu, cet article est une courte escapade dans le modèle OSI des communications réseau et les informations qu’il contient, aussi juste soient-elles ne font qu’effleurer la surface de l’iceberg.  Au petit curieux d’aller plonger plus profond dans l’océan de la toile…