L’homme et la machine.

Dans un sens, il peut s’établir un lien semblable à de l’affection et il n’est pas rare pour nous de parler de son ordi à la troisième personne.

Serait-ce pour dire « il a planté », « il a freeze », « que lui arrive-t-il encore ». Alors qu’au commencement de l’acquisition de la machine on le trouvait beau, rapide, fluide. Cette relation entre l’homme et la machine qui peut être parfois houleuse, est entrée dans le quotidien. Il n’est pas rare non plus de parler de « html », « forum » ou encore de « blog » lors d’une soirée ou autre sortie entre amis.  Quand vous êtes devant votre écran, quand vous lui parlez à travers un clavier, quand il vous répond par quelques bips ou blups, alors c’est là que vos sens sont en éveils. Alors c’est là que l’interprétation des sens prend alors une place bien différente pour chaque personne.  Cette même personne pourra non seulement obtenir une œuvre littéraire entière, mais aussi les contextes dans lesquels apparaissent certains mots (groupes sémantiques ou thématiques) pris isolément ou en co-occurrence avec d’autres. La combinaison de ces sens avec ces œuvres donnera alors accès à une pensée différente, plus profonde pouvant allez à l’inverse de la tendance. Cet outil devient alors une partie intégrante de votre environnement et de votre quotidien.

Alors non ! L’informatique n’est plus seulement une innovation technologique, mais elle est aussi une innovation intellectuelle. Le système de l’informatique est élargi au-delà de l’ergonomie homme/machine, pour tendre vers une “relation” entre l’homme et sa machine.