Ainsi cette semaine se marque d’un point très noir par l’exploitation de ces logiciels dans le cadre de l’amélioration, la continuité de nos formulaires. Après l’avoir codé en HTML, appliquer le script d’envoi et de bonne réception des données, voilà qu’on s’adonne à la joie de la mise en page. Un cauchemar vivant, mais qui a malheureusement (pour moi) son utilité !

Le bénéfice de faire son wireframing sur ces logiciels là est simple : on a toutes les données sous le nez ! Taille des marges au pixel près, police et style appliqué, la position par rapport à la page, dimensions, tout est clair, donné, et on peut tout modifier en direct (tant qu’on sait et qu’on aime l’utiliser….).

Ceci étant, par la même occasion, nous avons vu le temps gagné par l’utilisation de ce qui existe déjà. Des packs d’éléments appelés “ui kits” (User Interface), qui permettent de récupérer ce qui existent et ainsi gagner un maximum de temps. Eviter les questions de cohérences de couleur, que tel élément aille avec tel autre… Tout est donné, on a juste à reprendre, insérer dans notre projet, ajuster la taille, et sauvegarder !

Mais quoi qu’il en soit, un papier, un crayon restera pour moi une meilleure option à mes yeux que cette souffrance ultime !